HISTOIRE DE CAS – LYMPHOME

Jeanne* m’a consulté pour la première fois alors qu’elle venait de terminer le deuxième cycle de ses traitements de chimiothérapie. Traitée pour un lymphome-T avec un protocole de chimiothérapie agressif, cette femme de 61 ans est passée, en quelques semaines, d’une personne en bonne santé et active à une personne en grand manque d’énergie, souffrant de dérangement d’estomac et de constipation sévère. Ses globules rouges ont chuté suite au deuxième traitement et elle est venue me consulter pour l’aider à passer à travers sa chimiothérapie.

LE RÔLE DE L’ACUPUNCTURE
L’acupuncture est utilisée dans le traitement des patients atteints de cancer depuis plusieurs années et dans plusieurs hôpitaux du monde. Outre la Chine, où l’acupuncture est bien intégrée dans les soins de santé conventionnels, on retrouve des hôpitaux offrant des soins d’acupuncture pour les cancéreux aux États-Unis, notamment le réputé Memorial Sloan Kettering Cancer Center (MSKCC).
Le rôle de l’acupuncture est principalement de supporter le patients à travers les traitements en médecine conventionnelle qui sont souvent très agressifs. L’acupuncture permet d’atténuer les effets secondaires des traitements de chimiothérapie, de radiothérapie, de l’hormonothérapie et contribue à la rémission suite à la chirurgie.
Parmi les effets de l’acupuncture, notons :

  • Diminuer les nausées liées à la chimiothérapie
  • Soulager les douleurs neuropathiques
  • Diminuer le stress
  • Favoriser le sommeil
  • Augmenter le niveau d’énergie
  • Supporter le système immunitaire
  • Aider à maintenir les formules sanguines (neutrophiles, lymphocytes, plaquettes) dans des niveaux adéquats pour la poursuite des traitements
  • Soulager la xérostomie (sécheresse de la bouche / manque de salive)
  • Permettre de mieux récupérer suite à une chirurgie ou aux autres traitements du cancer
  • Supporter la digestion, encourager le péristaltisme et traiter la constipation

Les particularités du traitement des patients atteints de cancer ne sont pas abordées dans la formation de base en acupuncture et il est important de choisir un acupuncteur qui ait des solides connaissances et une grande expérience dans le traitements de ce type de clientèle.

La patiente dont nous discutons ici, m’a été référée par une collègue acupunctrice parce que j’ai une solide expérience en traitement des patients atteints de cancer et que j’ai suivi plusieurs formations avancées dans le traitement des patients atteints de cancer, notamment les formations du MSKCC : Acupuncture for the cancer patient et Advanced acupuncture for the cancer patient.

Pour en revenir à Jeanne, elle fut diagnostiquée d’un lymphome-T en stade 4 (métastases généralisées). On a d’abord opéré pour enlever la plus grosse tumeur et, puisqu’elle était en bonne santé générale, son oncologue a opté pour une chimiothérapie agressive. Ce protocole de chimiothérapie est appelé CHOEP et consiste à trois jours de chimiothérapie consécutifs à chaque trois semaines. Après les trois jours de chimiothérapie, la patiente doit prendre de la cortisone pendant 5 jours puis du Neupogène (pour prévenir la diminution des globules blancs) pendant 7 jours. C’est une chimiothérapie difficile pour laquelle il peut y avoir des effets secondaires importants.

UNE AMÉLIORATION MARQUÉE ET RAPIDE
Lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois, Jeanne avait très peu d’énergie et ses tests sanguins indiquaient un taux de globules rouges très bas. Or, lorsque les formules sanguines sont trop basses en globules rouges, globules blanches ou plaquettes, il arrive qu’il soit nécessaire de remettre à plus tard les traitements de chimiothérapie, ce qui n’est pas optimal pour leur efficacité et qui prolonge cette étape du traitement souvent très pénible.

L’objectif du traitement était de lui permettre de traverser les 6 cycles de chimiothérapie avec le moins d’effets secondaires possible et de maintenir la meilleure qualité de vie possible pendant cette période. Nous avons fait des rencontres hebdomadaires et les résultats ont été épatants.

Au sortir de son troisième cycle de chimiothérapie, la patiente se sentait sentait beaucoup mieux qu’à la fin de son deuxième cycle de chimio. Son énergie était meilleure, elle ressentait moins de faiblesse, ressentait peu de nausées et son taux de globules rouges se maintenait à la limite inférieure du niveau acceptable. Même son époux a constaté le changement.

Cependant, à la quatrième ronde de chimiothérapie, la patiente a dû recevoir un culot de sang à cause de son taux trop bas de globules rouges. Par contre, les autres effets secondaires (perte d’appétit, faiblesse et fatigue, oppression thoracique, anxiété) ont beaucoup diminué, certains ayant complètement disparus. Son époux et l’infirmière en charge ont constaté l’amélioration. Elle a également reçu une transfusion sanguine avant son cinquième traitement, mais pas au dernier puisque le taux de globules rouges était dans suffisant.
À partir du quatrième traitement, Jeanne a commencé à ressentir des engourdissements au niveau des doigts et des pieds. Ces symptômes sont fréquents pour certains types de chimiothérapie et son caractéristiques d’une neuropathie périphérique. La médecine chinoise a plusieurs outils pour traiter les neuropathies périphériques, dont l’acupuncture et les herbes chinoises. Les traitements d’acupuncture ont été ajustés pour prendre ses engourdissements en compte et la patiente a rapidement remarqué une amélioration.

RÉMISSION TOTALE
Jeanne a terminé ses traitements de chimiothérapie et est en rémission. Le dernier scan n’a révélé aucune trace de cancer. Elle continue de venir en acupuncture, moins fréquemment, pour maintenir une santé optimale. Six semaines après la fin de ses traitements de chimiothérapie, la patiente se considérait au même niveau d’énergie et de santé qu’elle était avant le début de ses traitements.

Si vous désirez en savoir plus sur ce que l’acupuncture peut faire pour vous ou vos proches, contactez nous ou prenez rendez-vous dès maintenant.

* Jeanne est un nom fictif utilisé afin de préserver l’anonymat de la patiente.

À lire également :