freediving_CC

Une patiente dans la mi-trentaine consulte pour que je puisse l’aider à améliorer sa performance suite à un arrêt prolongé de sa pratique. Elle désire reprendre la compétition de façon sérieuse et veut découvrir ce que l’acupuncture peut faire pour l’aider à atteindre ses objectifs.

L’apnée sportive est un sport peu connu mais qui semble gagner en popularité. Il existe quelques écoles et clubs à Montréal où on peut pratiquer cette activité. En compétition, la discipline de l’apnée sportive se divise en trois grandes catégories, soit les épreuves de profondeur, dynamiques et statiques.
Lors des épreuves statiques, c’est la durée d’immersion qui est mesurée. Le record de durée est détenu par le français Stéphane Mifsud et est de 11 minutes et 35 secondes.
Les épreuves dynamiques mesurent la distance parcourue, avec ou sans palme, sans avoir à reprendre son souffle ou à briser la surface de l’eau, ou encore la profondeur atteinte. Le record mondial avec palmes est de 300 mètres et sans palmes, de 244 mètres. Tous deux par le finlandais Mateusz Malina.
Les épreuves de profondeur consistent à descendre le plus profondément possible, avec ou sans aide. Le record mondial pour la plus grande profondeur atteinte est de 253m, par l’autrichien Herbert Nitsch en 2012.

L’apnée sportive est un sport qui remet en question plusieurs notions que le monde médical avait sur les capacités de l’être humain. La durée de l’apnée dépend de la capacité de chaque pratiquant à économiser l’oxygène contenu dans l’organisme et les poumons. En dehors des capacités génétiques et de la forme physique, certains facteurs peuvent influer sur la consommation d’oxygène.

Facteurs d’importance pour la performance :

  • mental : le relâchement mental est essentiel pour le contrôle de la consommation énergétique.
  • l’activité musculaire : les muscles doivent être économiques et souples.
  • volume pulmonaire : l’apnéiste doit travailler sa souplesse pour optimiser ses réserves en air.
  • réflexe d’immersion : l’apnéiste entraîne ce phénomène qui comprend la vasoconstriction périphérique, le ralentissement du rythme cardiaque, la contraction de la rate pour le transport de l’oxygène.
  • Tolérance à un haut taux de CO2 et la capacité à fonctionner avec un bas niveau d’O2, ainsi que la tolérance du corps à un niveau d’acidité supérieur à la normale.
  • Le maintien d’une pression artérielle basse ainsi que d’un rythme cardiaque ralenti.

La patiente étant en très bonne santé et l’objectif des traitements étant d’augmenter la performance, nous avons essayé quelques approches différentes.
La première approche a été l’auriculothérapie. Le soir de ce traitement, à l’entraînement, la patiente a remarqué que les contractions involontaires du diaphragme (venant du besoin impérieux de respirer) étaient plus fortes et difficiles à contrôler.

Acupuncture de la main
Le deuxième traitement a donc visé à « ouvrir la cage thoracique » et calmer l’esprit. Parmi les points d’acupuncture utilisés, il y avait des points des méridiens réguliers (P5-ChiZi et PC6-NeiGuan), des points des microsystèmes de la main et de l’oreille.

Au suivi, la patiente a trouvé ce dernier traitement très bénéfique et a remporté la première place d’une compétition qui se tenait entre temps.

Aux traitements suivants, nous avons exploré l’aspect récupération. Car le temps nécessaire à la récupération suite aux entraînement fait que ceux-ci doivent être espacés de plusieurs jours. Comme dans toute discipline sportive, c’est principalement l’entraînement qui permet d’améliorer la performance. Divers protocoles d’acupuncture ont été essayés, ainsi que le guasha. Les résultats les plus intéressants ont été obtenus avec un protocole de 5 points d’acupuncture mis au point par l’acupuncteur belge Eddy de Smedt, acupuncteur pour l’équipe cycliste Astana. Ce protocole vise favoriser la récupération et à rétablir l’axe hypothalamique-pituitaire-adrénal.

La patiente étant partie s’entraîner à l’étranger, nous n’avons pas été en mesure d’approfondir et de perfectionner nos traitements pour augmenter la performance en apnée sportive. Les essais que nous avons faits semblent indiquer que l’acupuncture puisse jouer un rôle dans l’augmentation de la performance sportive en apnée.

Bien que, dans le milieu sportif, on connaisse l’acupuncture surtout pour le traitement des blessures, plusieurs essais et études ont été faits pour tester le potentiel de cette approche dans l’augmentation de la performance. Les résultats sont prometteurs pour plusieurs disciplines sportives. Mon expérience personnelle m’a permis de constater son efficacité pour la course, le cyclisme et la natation.

Si vous désirez en apprendre davantage sur les effets de l’acupuncture sur la performance et le traitement des blessures sportives, contactez nous.

Références :
https://www.aidainternational.org/
http://www.pinpointperformance.training/